« Fils d’espionne » d’András Forgách

Après le décès de sa mère, le narrateur découvre dans les archives des services secrets hongrois qu’elle a joué dans les années 1970-1980 un rôle d’informatrice. C’est une deuxième vie, jusque-là tenue secrète, qui est révélée au fil des documents qu’il parcourt : cette femme qu’il croyait connaître a rédigé quantité de rapports sur des éléments et des personnes intéressant la police. Il lui faut se rendre à l’évidence : elle a pendant toute cette période travaillé comme espionne.
Dans un récit protéiforme où alternent narration romanesque, documents et élégie d’un fils désormais orphelin, András Forgách nous révèle toute l’ambivalence de cette figure maternelle. Partagé désormais entre l’amour et l’effroi, l’auteur nous invite à l’accompagner dans cette enquête personnelle qui vise à comprendre les ressorts de la trahison.
Portrait entre ombre et lumière d’une mère autrefois adorée, Fils d’espionne est aussi une passionnante plongée dans l’histoire hongroise du XXe siècle, posant la question de la place des engagements politiques, de la duplicité des êtres et de notre possibilité de connaître vraiment ceux qui nous entourent.
Gallimard, 2021
Traduit par Joëlle Dufeuilly

Laisser un commentaire