Dragomán, György : Le Roi blanc

2010.10.20.

Traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly

Editions Gallimard, Paris, 2009

ISBN 9782070785889

Un garçon de onze ans voit son père partir, encadré par des étrangers. Nous sommes en Roumanie, au milieu des années 80, et très vite il devient évident que le père du narrateur a été déporté en tant qu'opposant au régime. Les jours passent, sans la moindre nouvelle de lui. En attendant, le garçon s'occupe tendrement de sa mère qui ne lui dit rien, et essaie de remplacer son père. Mais il subit aussi les vexations de ceux qui savent et doit faire face à un jeu pervers d'humiliation et d'intimidation. Les jours passent, et l'espoir de revoir le père s'amenuise. La mère demande alors au narrateur de l'accompagner chez un ancien dirigeant du parti, mais tout comme la partie d'échec que le jeune garçon entame contre un automate appartenant au « camarade », les tentatives désespérées de la mère pour faire libérer son mari semblent condamnées d'avance…


Le roi blanc nous plonge dans une société amorale diminuée par la terreur et la peur, mais le point de vue adopté ici donne au livre une couleur très particulière, tragi-comique et universelle. La justesse de ton, la légèreté de la langue et la puissance d'évocation du récit sont tout simplement exceptionnelles.

Libération, 02/07/2009
La Croix
Les Actes_20 ans apres la chute du mur de Berlin_Berlin et ses frontieres
Télérama_13_06_2009

page précédente