Les cloches d’Einstein de Lajos Grendel

Nous sommes en Absurdistan, en Europe de l’Est, aux alentours de la chute du Mur. Le protagoniste, Ferkó Mészáros, est un mathématicien un peu naïf, un intellectuel vulnérable, qui dérive, impuissant, dans l’enchevêtrement opaque des mensonges, de l’imprévisibilité et du manque de sens qui caractérisent le régime. Il aimerait mener une vie tranquille et vraie, mais comme sous le communisme on ne peut exister hors du système, le voici contraint de faire carrière à l’étrange “Institut de recherche de l’anabase”. Sa rencontre avec Dóra et la vie joyeuse faite d’amour frais et de distribution de samizdats lors de la « révolution de velours » l’enchantent. Cet événement va-t-il véritablement changer les choses ? Sous la forme d’un récit à suspense, comique et surréaliste, l’écrivain nous livre son analyse des bouleversements politiques survenus en Europe centrale.

La Baconnière, 2018
Traduit par Véronique Charaire

Laisser un commentaire