Comédies satiriques hongroises - La Famille Tót 
Adaptation de Zoltán Fábri d'après l'oeuvre d'Örkény

03/04/2011 19:30 - 03/04/2011 21:00

Cinémathèque française

Du 30 mars au 11 avril, la Cinémathèque française met à l’honneur le cinéma hongrois. Mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agit des comédies satiriques, qui ont fleuri sous le régime communiste. Ce cycle propose une sélection de films sur près de quarante ans, montrant que quelque soit l’époque, la satire politique ou sociale est toujours nécessaire.

Parmi ces quelques quatorze films, certains sont des adaptations d’œuvres littéraires. Cette belle époque du foot (1973), est par exemple tiré d’une nouvelle d’Iván Mándy narrant les péripéties d’un teinturier budapestois prêt à tout pour voir le Csabagyöngye SC monter en première division.

La Famille Tót (1969), est adaptée de la pièce de théâtre et du roman d’István Örkény. Dans un petit village hongrois, Lajos Tót est un capitaine des pompiers respecté et un homme aimé de sa famille. Mais tout bascule, lorsque son fils, alors sur le front, lui annonce que son commandant souhaite venir passer ses vacances chez lui. Très vite la volubilité et l’hyperactivité de ce commandant insomniaque vont bouleverser le train-train quotidien des Tót, qui voient leur patience rétrécir comme peau de chagrin… Incapable de rester en place, le militaire se prend de passion pour la fabrication de boîtes en carton. Cette production finit par accaparer les nuits de toute la famille, dans une absurde effervescence.

István Örkény (1912-1979) a commencé à écrire dans les années 1930, publiant ses nouvelles dans la revue Szép Szó d’Attila József. Fait prisonnier au début de la Seconde Guerre mondiale, il ne reviendra en Hongrie qu’en 1947. À la suite des événements de 1956, sa liberté de ton lui vaudra une interdiction de publication jusqu’en 1963.

Son œuvre, diverse dans ses formes - romans, nouvelles, pièces de théâtre – l’apparente par son inspiration aux grandes figures littéraires de l’absurde que sont Beckett, Ionesco ou Adamov. Poussant jusqu’au grotesque les personnages et les situations, Örkény livre une critique acerbe de la société hongroise des années 1950 à 1970. 

István Örkény, Les Boîtes, Editions Cambourakis, 2009
Traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba.
 

page précédente