Diavolina de György Spiró

Entrée comme bonne dans la maison du grand écri­vain russe Maxime Gorki, celle qu’il surnomma Diavolina (diablesse) devint avec le temps son infirmière, sa confidente, son rempart contre le monde.
À l’automne de sa vie, elle se souvient. Avec iro­nie, humour et perspicacité, elle fait le portrait de son maître, mais aussi de son entourage : H. G. Wells, Romain Rolland, Moura Budberg, Nina Berberova, Stanislavski, Lénine, Staline, Molotov… et se délecte de leurs faiblesses et hypocrisies. Ici, c’est une femme du peuple qui observe sans concession ceux qui pré­tendent le diriger en son nom…
Le romancier et homme de théâtre hongrois György Spiró parvient à rendre palpables toutes les facettes et contradictions de la vie de Maxime Gorki – loin des stéréotypes et des livres d’histoire – grâce à cet impertinent récit de celle qui accompagna sa vie sans jamais devenir sa femme.

Actes Sud, 2019
Traduit par  Natalia ZAREMBA-HUZSVAI, Charles ZAREMBA

 

Laisser un commentaire