ZRÍNYI, Miklós

Ozaly, 1620 – 1664, Csáktornya

Issu d’une riche famille aristocratique de Croatie qui s’était illustrée pendant un siècle dans les combats contre les Turcs, Miklós Zrínyi devint lui-même un homme d’État éminent et un grand chef d’armée dont les objectifs étaient « d’une part la réunification de la Hongrie alors déchirée en trois parties, la défense de l’indépendance nationale contre les aspirations colonisatrices des Habsbourg et la libération du pays du joug ottoman, et, de l’autre, corollaire de ce grand projet, la création d’une monarchie nationale absolutiste. Il mit au service de ce projet ambitieux non seulement son activité politique et militaire, mais aussi sa plume ». Son éducation avait été confiée, dans sa première jeunesse, à Péter Pázmány. Miklós Zrínyi poursuivit ses études à Graz, Vienne et Nagyszombat, « puis il fit un voyage d’étude en Italien assimilant une immense érudition et se constituant une riche bibliothèque. » Son grand chef d’oeuvre est le fameux poème épique intitulé Le Siège de Sziget (Obsidio Szigetiana), inspiré des épopées héroïques d’Homère, de Virgile, du Tasse. Zrínyi parvient à y « placer la défense de cette importante forteresse dans la perspective de la lutte d’envergure universelle qui opposait Chrétiens et Ottomans, faisant intervenir pour cela jusqu’aux forces surnaturelles au côté des protagonistes. Ses autres ouvrages sont surtout des traités stratégiques et politiques ». A côté de l’analyse et de la théorie, Zrínyi peut mobiliser « tout l’arsenal de la rhétorique baroque dans son argumentation irrésistible », comme dans ce Remède contre l’opium turc écrit sous la menace d’une nouvelle guerre. (Klaniczay, 1981)

page précédente