ÖRKÉNY, István

1912, Budapest – 1979

Chimiste de formation, Örkény publie ses premières nouvelles en 1937, dans la revue Szép Szó, suivies d’un recueil de récits surréalistes en 1942, Tengertánc (Danse de mer). Envoyé sur le front russe, il est fait prisonnier et reste cinq ans dans les camps soviétiques, expérience qu’il relatera dans plusieurs livres, dont Peuple des camps (Lágerek népe, 1947). Après 1956, il est contraint à un silence quasi-total pendant presque dix ans. A la fin des années 1960, il accède cependant à une notoriété internationale avec des comédies absurdes et grotesques, saturées d’humour noir, puis crée un genre très personnel avec les Minimythes (Egyperces novellák, 1968, mot à mot : « Nouvelles-minutes »). Ces nouvelles d’à peine une page, d’une écriture incisive et sans ornementation, que l’auteur décrit comme des équations mathématiques avec « du côté de l’écrivain, le minimum d’information, du côté du lecteur, le maximum d’imagination » sont des sommets d’humour, de concision et de plurivocité critique et poétique.

page précédente