ORBÁN, Ottó

1936, Budapest – 2002, Szigliget

On distingue deux époques dans la poésie d’Ottó Orbán. Celle de ses débuts est de facture complexe, jalonnée de métaphores dont le mouvement devient moteur du texte, et dont l’inspiration récurrente est donnée par les souvenirs de la guerre, des persécutions et de l’abandon. A partir des années 1980 s’instaurent dans ses poèmes une distance ironique et la recherche d’une certaine objectivité.

page précédente