NÁDAS, Péter

1942, Budapest

Photographe, très grand écrivain contemporain. Dans ses amples compositions romanesques et une écriture dépouillée, (Le Livre des Mémoires en 1989, Histoires parallèles en 2006) où il met en abyme les plans temporels et joue de la rencontre des différents fils narratifs, Nádas interroge les ressorts des différents types de récit et de compréhension du monde (de l’histoire, des idéologies, de la littérature, des mythes et de l’imaginaire) en lien avec l’élaboration composite des identités et les crises de la culture. C’était déjà le cas de La Fin d’un roman de famille qui le fit connaître en 1977. C’est dans des constructions complexes et avec acuité qu’il réfléchit la violence et les effondrements contemporains. Sa prose est par ailleurs l’héritière des meilleurs écrivains de la première moitié du XXe siècle, dans la sensibilité de ses notations et la recherche perpétuelle de l’exactitude de l’expression. « L’espace de la page devient ainsi [chez Nádas] le théâtre de la coagulation sémantique des expériences labiles et fugaces qui nous touchent obscurément. Cribler cette obscurité des lumières, tel est le pain quotidien de cet écrivainsentinelle de l’aube ». (Marc Martin, Écrivains hongrois du XXe siècle, Die, 1991)

page précédente