MIKES, Kelemen

1690, Zágon – 1761, Rodostó (Tekirdag, Turquie)

« Né en Transylvanie, Kelemen Mikes passa presque toute sa vie auprès de Ferenc II Rákóczi, chef et animateur de la guerre d’Indépendance kouroutz. C’est à l’âge de dix-sept ans qu’il devint le page du prince qu’il suivit dans l’émigration en remplissant divers postes auprès de lui. Il était présent au chevet du prince mourant, à Tekirdag (Rodostó en hongrois), en Turquie. Mikes ne cessa d’être rongé par le mal du pays ; après la mort de Rákóczi, il serait volontiers rentré en Transylvanie, mais le gouvernement de Vienne lui ayant refusé l’autorisation de regagner sa patrie, il termina sa vie dans l’émigration, dernier survivant des Hongrois restés fidèles à Rákóczi. C’est pendant les quelques années passées en France (1712-1715) qu’il avait  acquis cette culture qu’il devait mettre à profit pendant son long séjour en Turquie. Son oeuvre se compose d’adaptations d’ouvrages religieux français. Mais il nous a laissé également une oeuvre originale de grande valeur, un recueil de lettres fictives,c onnu sous le titre de Lettres de Turquie. Pleines d’éléments autobiographiques très intéressants, ces lettres nous offrent un tableau saisissant de la vie des émigrés hongrois, émaillé, conformément au style qui convient à ce genre, d’anecdotes, de descriptions des coutumes et moeurs turques, etc. Cette oeuvre a fait de Mikes l’un des plus grands virtuoses non seulement de la prose hongroise de son siècle, mais de la prose hongroise de tous les temps ». (Klaniczay, 1981)

page précédente