MADÁCH, Imre

1823, Alsósztregova – 1864, Alsósztregova

Poète et dramaturge, il doit sa renommée à La Tragédie de l’homme, poème dramatique et méditation sur la philosophie de l’histoire, écrit en 1859-1860, représenté pour la première fois en 1883 et traduit en plus de trente langues. « Il fait parcourir à ses protagonistes, Adam et Eve, toute l’histoire universelle de l’Egypte antique à Athènes, de Rome à Byzance, de Prague au Paris de la Révolution, de Londres à l’apogée du capitalisme jusqu’à la société utopique du phalanstère. La vision de Madách est pessimiste : il juge sans illusions les idées et les rêves qui poussent l’humanité en avant (...). Sa pièce est fondée, selon les principes de la dialectique hégélienne, sur la thèse et l’antithèse de l’individu et de la foule. Née dans une atmosphère de défaite nationale et d’oppression étrangère, elle reflète tous les doutes du XIXe siècle avec sa civilisation industrielle en plein essor, ainsi que l’affrontement du matérialisme et de la foi traditionnelle ». (Gyula Sipos, L’O&il de la Lettre, 1995)

page précédente