GÖNCZ, Árpád

1922, Budapest

Écrivain et homme politique. Il a étudié le droit, plus tard l’agronomie, mais aussi travaillé comme manœuvre. Emprisonné en 1957 pour avoir participé à la révolution de 1956, il est condamné à vie en 1958 dans le cadre du procès Bibó. Libéré par amnistie en 1963, il se consacre à la traduction et à l’écriture. Engagé dans l’opposition démocratique dans les années qui précèdent le changement de régime, il est président de la République de  Hongrie de 1990 à 2000. Ses récits représentent souvent l’individu acculé par l’histoire à choisir entre les exigences de la morale et de la survie, entre la réflexion et l’action, passible d’erreur. Il a expérimenté différentes formes dans ses écrits pour la scène, avec par exemple son monodrame Magyar Médeia (1976), ou sa Comédie pessimiste d’inspiration surréaliste (1990).
 

page précédente