GERGEI, Albert

XVIe siècle

« A part son nom, nous ne savons presque rien de l’auteur du plus beau poème épique que la Renaissance nous ait légué. Albert Gergei écrivit, selon son propre témoignage, d’après des sources italiennes, sa "belle histoire" du prince Argirus. Cependant, tout semble prouver qu’au-delà de son modèle étranger, il ait puisé à pleines mains dans la tradition folklorique : l’atmosphère, le style, la versification ainsi que la langue de son poème montrent, en effet, une grande parenté avec la poésie populaire. Pendant des siècles, son œuvre devait rester la lecture préférée des Hongrois, aussi en connaissons-nous un grand nombre de variantes répandues parmi le peuple. C’est d’après son Argirus qu’au XIXe siècle, Mihály Vörösmarty écrivit l’un des chefs-d’œuvre romantiques hongrois, le drame en vers Csongor et Tünde ». (Klaniczay, 1981)
 

page précédente