GELLÉRI, Andor Endre

1906, Budapest – 1945, Hörschingen (Autriche)

Après une scolarité arrêtée très tôt, divers emplois d’ouvriers et périodes de chômage, Gelléri devint l’un des jeunes écrivains les plus remarqués dans l’entre-deux-guerres, dont les débuts furent salués par les grands de Nyugat. En dehors d’un récit autobiographique resté inachevé et de son roman A nagymosoda (La grande blanchisserie, 1931, trad. G. Kassai, Corvina, 1963), il a écrit de nombreuses nouvelles – genre dans lequel il excelle – évoquant la vie quotidienne misérable des quartiers ouvriers de Budapest. Mélange subtil de naturalisme et de lyrisme, son style fut qualifié de « réalisme féérique » par Dezső Kosztolányi. Réquisitionné par le service du travail obligatoire puis déporté par les nazis, il mourut en mai 1945, quelques jours après avoir été libéré du camp de concentration de Gunskirchen.
 

page précédente