DÉRY, Tibor

1894, Budapest – 1977, Budapest

Issu de la bourgeoisie fortunée, ses premiers textes, expressionistes, paraissent dans la revue Nyugat en 1917. Entré au Parti communiste, il participe à la Commune dans une commission d’écrivains, et doit émigrer après la chute de la République des Conseils. A Vienne il devient collaborateur de la revue Ma et publie ses premiers poèmes et récits surréalistes. A Paris pendant deux ans, il entre en contact avec les mouvements d’avant-garde avant de rentrer provisoirement en Hongrie en 1926 où il collabore, avec Illyés et Kassák, à la revue Dokumentum et s’illustre comme théoricien et poète du surréalisme. Se déplaçant dans toute l’Europe dans la première moitié des années 30, il se détourne de l’avant-garde pour entreprendre La Phrase inachevée, fresque réaliste de la Hongrie de l’entre-deux-guerres, qui ne pourra être publiée qu’en 1947. Alors qu’il avait été distingué par le nouveau régime, son roman La Réponse (1950-1952) est attaqué par la critique stalinienne. Condamné à neuf ans de prison pour sa participation à la révolution de 1956, il bénéficie en 1960 d’une amnistie. Il publie en 1964 un roman que l’on peut qualifier de contre-utopique, M. G. A. à X, suivi en 1966 de L’Excommunicateur, qui exprime le scepticisme de l’homme déçu par l’action politique. Il bénéficie d’une importante reconnaissance à l’étranger, grâce à de nombreuses traductions, y compris en français dans les années 1950 à 1970 .
 

page précédente