CSOKONAI-VITÉZ, Mihály

1773, Debrecen –1805

Poète, écrivain et traducteur. Très jeune, il lit et traduit les auteurs des Lumières européennes (Voltaire, Pope, Rousseau, Holbach, mais aussi La Flûte enchantée de Mozart) et prend part au mouvement des Jacobins hongrois, critiquant dans des poèmes qu’il put rarement publier l’état arriéré et féodal de son pays. Sa poésie sensible et personnelle (« À l’écho de Tihany », « À la solitude », le cycle amoureux de Lilla) annonce le romantisme, de même que l’inspiration populaire d’une partie de sa poésie. Pédagogue, il écrivit également études et essais, entre autres sur la prosodie hongroise. Ses œuvres tardives sont des poèmes philosophiques. Ses recherches formelles et poétiques, ses réflexions sur la culture et la langue littéraire ainsi que sa pensée furent redécouvertes et appréciées par les écrivains de Nyugat, au début du XXe siècle.
 

page précédente