CSÁTH, Géza

1887, Szabadka  – 1919

Ecrivain, médecin. Cousin de Dezső Kosztolányi et élevé comme lui dans une famille bourgeoise de Szabadka, il est un jeune homme aux multiples talents, cultivant la peinture, la musique et l’écriture. Alors qu’il étudie la médecine à Budapest, la revue Nyugat publie déjà ses articles de critique musicale et ses récits. Devenu médecin psychiatre, il est un de ceux qui introduisent les théories freudiennes dans le monde scientifique et intellectuel de Budapest. Csáth-Brenner réussit, dans un premier temps, à combiner science et littérature. Devenu morphinomane, son existence est de plus en plus difficile pendant la guerre (entre l’expérience du front, ses crises, la dégradation générale de son état qui lui valent d’être réformé, et l’exercice de son métier de médecin). Il meurt dans des circonstances dramatiques à l’âge de trente-trois ans. Son œuvre, attachante et terrifiante fut profondément novatrice, tant dans son recours aux ressorts de l’inconscient et à certains thèmes obsessionnels que dans ses techniques d’écriture, qui croisent objectivité clinique de la description et stylisation fantastique de certains détails.
 

page précédente