BERZSENYI, Dániel

1776, Egyházashetye – 1836, Nikla

Dániel Berzsenyi, grand rénovateur de la langue et de la poésie hongroise, vécut la plus grande partie de sa vie dans ses terres natales de Transdanubie, dont il aime la solitude et la simplicité paysanne. « Pendant des années il n’écrit que pour lui-même et c’est par hasard que Kazinczy le découvre et entre en correspondance avec lui. Sans qu’il les sollicite, ses amis se chargent de faire publier ses vers. En 1817, les critiques de Kölcsey le découragent au point qu’il cesse presque d’écrire pour se lancer dans l’étude de l’esthétique où il chercha des arguments contre son adversaire. (…) Ses odes et ses élégies évoquent le plus souvent la fragilité de l’existence et la pureté des mœurs anciennes, dans une forme classique que font presque éclater une langue concise et vigoureuse, des inversions inusitées, un agencement très personnel des mots. Par son envol lyrique, sa poésie annonce le romantisme ; par la force volcanique de sa langue, elle fait pressentir l’expressionisme ». (Gara, Anthologie de la poésie hongroise, 1962)
 

page précédente